Jan
7
2013

L’objectif de la defiscalisation

Depuis un certain temps, plusieurs opérateurs et particuliers contribuables se sont plaints du montant exorbitant de leurs impôts sur le revenu fiscal.

Le montant excessif d’impôt a souvent découragé les investisseurs à ne pas placer leurs épargnes dans l’immobilier. En effet, dans la vie courante, le montant d’impôt sur le revenu n’a jamais été révisé à la baisse mais toujours à la hausse quel que soit le bilan des activités entreprises. Aussi, pour mieux investir dans le secteur de placement, une révision fréquente, suivant le flux économique, du pourcentage d’impôt sur le revenu s’avère importante. Dans le cadre de révision de ce pourcentage d’impôt à payer, les acteurs dans différents secteurs d’intervention se sont confrontés plusieurs fois pour essayer d’optimiser le problème d’impôt sur le revenu de façon à encourager tous les investisseurs et à redynamiser en conséquence l’économie du pays.

Dans ce contexte, le sujet de défiscalisation au niveau de certains secteurs d’activité entre autre ceux travaillant dans le placement a été souvent soulevé au niveau de toutes les instances hiérarchiques supérieures et du gouvernement du pays. L’objectif étant de trouver une solution mise à disposition de toutes les parties prenantes concernées par la réduction ou même l’annulation de l’impôt sur le revenu. A cet effet, le but premier de la défiscalisation accordée par l’état pour l’immobilier consiste à concevoir certaines reformes au niveau de l’impôt sur le revenu permettant à tous les partenaires investisseurs habituels de multiplier leurs actions de placement d’une part, et à inciter également les nouveaux investisseurs de prendre part sur les actions, d’autre part.

Pour une raison plus explicitée, l’objectif de la défiscalisation incite surtout les investisseurs locatifs habituels ou nouveaux à multiplier ou prendre davantage part aux différents investissements existants. La mise en œuvre de la défiscalisation accordée par l’état au niveau de l’impôt sur le revenu des investisseurs de société de placement immobilier a alors pour but d’augmenter le nombre de logements à construire ou à réhabiliter de 300 000 à 500 000 environ pour les dix ans à venir. Dans ce cadre d’investissement, l’apport de capitaux de l’investisseur n’est pas forcement nécessaire mais la banque pourrait lui octroyer un emprunt avec un taux bancaire relativement bas.

À propos de l'auteur: alex

3 Comments + Add Comment

  • […] budgétaire de 30 milliards d’euros. Cet effort sera divisé en trois axes, chacun visant une économie de dépense ou des recettes supplémentaires […]

  • Une niche fiscale largement utilisée par les investisseurs repose sur la loi dite Girardin Industrielle, qui permet de réduire directement le montant de l’impot, tout en contribuant au développement économique des DOM-TOM.
    Il faut néanmoins savoir que l’état joue un double jeu, en poussant les contribuables à utiliser ses lois, qui lui évite d’investir directement, et par ailleurs en rectifiant systématiquement les investisseurs 3 ans après, juste avant la limite de prescription. Il faut savoir que les motifs de rectifications sont parfois surprenant et malhonnete.
    Si vous pensez investir dans les DOM TOM par la loi Girardin Industriel, je vous recommande fortement d’y réfléchir à 3 fois.
    Ci-dessous un lien vers un blog expliquant les misères de milliers d’investisseurs dans le photovoltaique.
    Et je vous rassure, les locations de bateaux ou les plantations aux antilles ne trouvent pas un meilleure traitement auprès du fisc, je parle en connaissance de cause.
    http://legirardindon.tumblr.com/post/53025632443/le-photovoltaique-victime-de-leconomie-mal-dirigee

  • L’idée pour la défiscalisation est très intéressante. Le fait que cette défiscalisation a pour but d’augmenter le nombre de logements veut dire donc qu’il faut aussi élargir les villes pour ne pas être trop surpeuplé dans les villes.

Laisse ton commentaire

You must be Enregistrez-vous pour poster un commentaire.